L’Amillénarisme

Millénium 

(basé sur le livre d’Alfred Kuen,

Le labyrinthe du Millénium, Édition Emmaüs, 1997).

 

I. Le mot amillénariste

Le terme amillénarisme signifie « pas de Millenium ».

(Le préfixe a, est un privatif. Ex. : amorphe = pas de forme (morphe signifie forme en grec).)

Il faut tout de même apporter une précision sur les amillénaristes :

-Ils ne croient pas à un Millénium terrestre, mais ils croient que le Millénium est spirituel et qu’il s’étend de la première à la seconde venue du Seigneur.

L’amillénariste croit donc en un Millénium, il le définit simplement autrement.

-En conservant notre définition du Millénium comme étant un règne intermédiaire terrestre, nous pouvons nommer « amillénaristes » ceux qui ne croient pas dans ce règne intermédiaire terrestre.

Certains amillénaristes préféreraient qu’on les appelle « millénaristes historiques » ou qu’on parle d’un « millénarisme réalisé ».

Le terme amillénarisme convient bien à notre définition.

II. Présentation

On peut résumer en 4 points les caractéristiques de l’eschatologie amillénariste:

1. Le Christ a remporté la victoire décisive sur le péché, la mort et Satan.

2. Le Royaume de Dieu est à la fois présent et futur.

3. Bien que les « derniers jours » soient futurs, nous y sommes déjà.

4. Nous sommes dans le Millénium dont il est question dans Apocalypse 20.

La position amillénariste affirme les choses suivantes concernant l’avenir:

1. Les « signes des temps » s’appliquent à la fois au temps présent et à l’avenir.

2. Le Retour du Christ sera un événement unique. (Retour et enlèvement)

3. C’est à ce moment-là qu’aura lieu la résurrection générale des croyants et des incroyants.

4. Après cette résurrection, les croyants encore en vie seront transformés.

5. À ce moment-là aussi l’enlèvement de tous les croyants,

6. Suivra immédiatement le jugement dernier.

7. Après le jugement, l’état définitif est introduit (éternité).

Il y a aussi 4 implications à l’eschatologie amillénariste:

1. Ce qui lie ensemble l’Ancien et le Nouveau Testament, c’est l’Alliance de grâce. (on parle alors de la théologie de l’Alliance)

2. Le Royaume de Dieu est central dans l’histoire de l’humanité. Ce royaume a été prédit dans l’Ancien Testament et établi sur la terre par Jésus-Christ. (Le royaume annoncé dans l’AT était donc spirituel1)

3. Jésus-Christ est le Maître de l’histoire.

4. Toute l’histoire est en marche vers un but : la rédemption totale de l’univers.

III. L’interprétation amillénariste de la Bible

Les amillénaristes se basent sur le fait que les auteurs du Nouveau Testament (Pierre, Paul, etc.) considéraient eux-mêmes que les promesses de Dieu sont accomplies dans l’Église.

2 Corinthiens 1.20 : car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c’est en lui qu’est le oui; c’est pourquoi encore l’Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de Dieu.

Colossiens 2.9-10 : Car en lui, habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Et vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute principauté et de tout pouvoir.

« Ce motif central, plutôt que le Millénium, dominait l’enseignement (des auteurs du Nouveau Testament) au sujet de l’avenir. »

Contrairement aux prémillénaristes, les amillénaristes croient que l’Apocalypse doit être comprise de manière largement symbolique plutôt que littérale.

« Comme la chaîne de Satan, les mille ans ne sont pas à prendre dans un sens littéral, mais à interpréter en accord avec le reste des Écritures. »

Pour l’amillénariste G. Vos, il faut d’abord se « faire une idée claire des événements de la fin des temps à partir des enseignements de Jésus et de Paul. »

Selon lui, on doit interpréter l’Apocalypse à la lumière des enseignements du Nouveau Testament et non, essayer d’éclairer les Évangiles et les Épîtres avec les détails symboliques de l’Apocalypse.

Pour les amillénaristes, les mille ans ne représentent pas réellement « 1000 ans »

Le Millénium est toujours la période actuelle, de la première à la seconde venue du Christ.

Mais ils attribuent un sens symbolique au chiffre « 1000 ».

Pour F. Grünzweig : les mille ans signifient que « le royaume de ce monde débouche sur le Royaume de Dieu. »

10 = nombre des royaumes de ce monde (10 orteils de la statue de Daniel 2.42)

3 = nombre de Dieu 103 = 1000

Pour M. Dauner : le chiffre 1000 exprime plutôt une idée qualitative.

1000 indique le caractère complet, parfait, absolu.

Lier Satan pour 1000 ans signifie donc le rendre complètement impuissant.

D’autres interprètent le nombre 1000 comme étant « la défaite absolue de Satan ou la complète sécurité du croyant fidèle au Christ. »

Quand est-il des promesses de paix et de justice terrestre ?

Pour les amillénaristes, toutes ces promesses s’accompliront, mais pas dans un règne de 1000 ans...

Elles s’accompliront sur une terre renouvelée, et dureront pour l’Éternité.

2 Pierre 3.13 : Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera.

Apocalypse 5.10 : tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre..

Matthieu 5.5 : Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre ! 9 Il y a donc une place et un temps pour l’accomplissement de ces promesses.

Ce que les prémillénaristes, classiques ou dispensationalistes, voient avoir lieu dans le Millénium, les amillénaristes le voient dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre.

Sur cette nouvelle terre, tout mal a disparu et elle demeure éternellement.

On pourrait être tout à fait d’accord, si certains textes ne faisaient référence aux nations non converties et à la présence de mal et de péché pendant ce règne terrestre.

Ces textes comme (Ésaïe 65.20; Zacharie 14.16-17; Apocalypse 20.7-8) donne des arguments aux prémillénaristes qui y voient la preuve qu’il ne s’agit pas de l’état éternel final.

De même qu’Apocalypse 2.26-27 : À celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père.

Que devient Apocalypse 20.1-10 dans l’interprétation amillénariste ?

L’interprétation n’est pas unanime, mais la plupart y voient la béatitude et le règne spirituel des croyants morts en Christ.

D’autres y voient plutôt le règne actuel des croyants (vivant).

Romains 5.17 : Si par la faute d’un seul, la mort a régné par lui seul, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par le seul Jésus-Christ.

La présence du mal et d’inconvertis pendant le millénium ne cause pas de problème si on admet que le millénium est spirituel et actuel.

Selon S.J. Grenz : « Apocalypse 20 est une vision du temps qui s’étend entre les deux venues du Christ. Les 1000 ans représentent symboliquement l’une des grandes déclarations du Nouveau Testament, à savoir que le Christ règne maintenant. »

Apocalypse 1.9 : Moi Jean, qui suis votre frère et qui prends part à la tribulation, à la royauté et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.

Apocalypse 3.21 : Le vainqueur, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.

1 Corinthiens 15.25 : Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds.

« Son règne est une réalité présente dans laquelle les croyants entrent au moment de leur conversion. »

Colossiens 1.13 : Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé...

Luc 17.20-21 : Interrogé par les pharisiens pour savoir quand viendrait le royaume de Dieu, il leur répondit : le royaume de Dieu ne vient pas de telle sorte qu’on puisse l’observer. On ne dira pas : voyez, il est ici, ou : il est là. Car voyez, le royaume de Dieu est au-dedans de vous.

Quelle est la position des amillénaristes sur la question d’Israël ?

« Tous les amillénaristes enseignent que l’Église est à présent l’Israël spirituel. »

L’Ancien Testament laisse déjà voir que le vrai israélite est celui qui a le cœur pur. (Ps. 73.1 : Dieu est bon pour Israël, pour ceux qui ont le cœur pur.)

Le Nouveau Testament enseigne pour sa part qu’Israël est constitué de ceux qui sont « régénérés », peu importe leur origine.

Romains 2.28-29 : Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les apparences; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est apparente dans la chair. Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre...

Romains 9.6-7 : Ce n’est pas que la parole de Dieu soit devenue caduque. Car tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël. Parce qu’ils sont la descendance d’Abraham, tous ne sont pas ses enfants...

Galates 3.29 : Et si vous êtes à Christ, alors vous êtes la descendance d’Abraham, héritiers selon la promesse.

Galates 6.16 : Sur tous ceux qui suivront cette règle, paix et miséricorde, ainsi que sur l’Israël de Dieu !

Phillipiens 3.3 : Car les vrais circoncis, c’est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l’Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Christ- Jésus, et qui ne mettons pas notre confiance dans la chair.

« Jésus lui-même a dit que les païens hériteraient des privilèges et des bénédictions réservés à Israël. »

Matthieu 21.41 : Ils lui répondirent : Il fera périr misérablement ces misérables et il louera la vigne à d’autres vignerons qui lui donneront les fruits en leur saison.

Matthieu 21.43 : C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui en produira les fruits.

Matthieu 8.11-12 : Or je vous le déclare, plusieurs viendront de l’Orient et de l’Occident, et se mettront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. Mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Voir aussi Matthieu 22.1-14, la parabole des noces.

Les auteurs du Nouveau Testament ont affirmé la même chose.

Galates 3.7-8 : Reconnaissez-le donc; ceux qui ont la foi sont fils d’Abraham. Aussi l’Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : toutes les nations seront bénies en toi.

Romains 4.11 : Et il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice (qu’il avait obtenue) par la foi, quand il était incirconcis. Il est ainsi le père de tous ceux qui croient, bien qu’incirconcis, pour que la justice leur soit comptée.

Dans la dernière vision du Nouveau Testament, l’Église est dépeinte sous les traits de la nouvelle Jérusalem.

Apocalypse 21.9-14 : (...) Viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’Agneau. (...) Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu.

« Sur les portes sont inscrits les noms des douze tribus d’Israël, et sur ses fondations, ceux des douze apôtres. »

J’ajouterais les paroles de Jésus concernant les brebis d’autres bergeries...

Jean 10.16 : J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut aussi que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

Et si vous estimez que ce texte ne parle pas « d’un seul peuple de Dieu », considérez le texte suivant :

Jean 11.49-52 : (...) Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit : vous n’y entendez rien; vous ne vous rendez pas compte qu’il est avantageux pour vous qu’un seul homme meure pour le peuple et que la nation entière ne périsse pas. Or, il ne dit pas cela de lui-même, mais, étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. Et non seulement pour la nation, mais aussi afin de réunir en un seul (corps) les enfants de Dieu dispersés.

« Le Nouveau Testament transfère plusieurs fois des promesses faites à Israël dans l’Ancien Testament au nouveau peuple de Dieu. »

Galates 4.25-27 : — Agar, c’est le Mont Sinaï en Arabie — et elle correspond à la Jérusalem actuelle, car elle est dans l’esclavage avec ses enfants. Mais la Jérusalem d’en haut est libre, c’est elle qui est notre mère. En effet, il est écrit2 : Réjouis-toi, stérile, toi qui n’enfantes pas ! Éclate de joie et pousse des cris, toi qui n’as pas éprouvé les douleurs ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que ceux de la femme qui a son mari. Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse.

Romains 9.24-26 : C’est-à-dire à nous qu’il a appelés, non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les païens, comme il le dit dans Osée3 : Celui qui n’était pas mon peuple, je l’appellerai mon peuple, et celle qui n’était pas la bien-aimée, je l’appellerai bien-aimée; et là même où on leur disait : vous n’êtes pas mon peuple ! Ils seront appelés fils du Dieu vivant.

Jean 7.38-39 : Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture4. Il dit cela de l’Esprit qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore donné, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.

« Lorsqu’une prophétie est destinée à être accomplie dans la nouvelle dispensation, elle est accomplie conformément à l’esprit de l’ère nouvelle. Par conséquent, les prophéties de l’Ancien Testament sont accomplies dans l’Église remplie de l’Esprit. »

Ajoutez ces arguments à Romains 11 où il n’est question que d’un seul olivier, et vous verrez qu’il ne reste plus beaucoup de place pour l’Israël national. Toutefois, certains amillénaristes ajoutent...

« L’espérance de l’Église inclut l’espérance que les promesses de Dieu à Israël s’accompliront, bien que la manière dont se fera cet accomplissement puisse nous être cachée. »

IV. Le retour du Seigneur : un seul événement

Pour l’amillénariste, le retour du Seigneur (et l’enlèvement) est un seul événement.

Les textes clés du Nouveau Testament sont donc interprétés suivant cette compréhension :

Si donc le retour de Christ est « la fin du monde », et qu’elle est décrite dans Apocalypse 19...

« Le chapitre 20 doit donc précéder historiquement le chapitre 19, »

Satan lié est interprété de façon symbolique

Il ne séduit plus les nations... (Elles peuvent se convertir2 ?)

La première résurrection est attribuée à la nouvelle naissance.

Éphésiens 2.6 : il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ...

Le millénium est le règne actuel, où nous régnons avec Christ.

Matthieu 24...

Le récit eschatologique de Matthieu 24 nous parle du retour du Seigneur et des signes qui précéderont ce retour. La lecture de ce texte nous laisse comprendre un événement unique, dont nous verrons les signes.

Au verset 3, les disciples demandent à Jésus « Dis-nous quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? »Ils associent les deux événements et Jésus ne les contredit pas.

Aux versets 12-13, il fait référence à l’apostasie mentionnée dans 2 Thessaloniciens 2.3, confirmant que nous devions en être témoins.

« Et en raison des progrès de l’iniquité, l’amour du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »

Aux versets 29-30, apparaissent les signes dans le ciel...« Aussitôt après ces jours de tribulation, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel et les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire. »

Au verset 33, nous en serons témoins.« De même, vous aussi, quand vous verrez tout cela, sachez que

(le Fils de l’homme) est proche, à la porte. » 9 L’enlèvement est mentionné aux versets 40-41.

« Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé, de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. »

Nous sommes par la suite exhortés à veiller (verset 42). « Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. » 

2e Épître de Pierre...
Pierre, qui avait entendu l’enseignement de Jésus, enseigne lui aussi que le jour du Seigneur « viendra comme un voleur ».

Cette expression est interprétée par les prétribulationistes comme étant un jour qu’on ne peut prévoir et donc « imminent ».

Cependant, Pierre décrit ce jour dans 2 Pierre 3.10 et 12...  « Le jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce jour-là, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre, avec les œuvres qu’elle renferme, sera consumée. »

« Attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, où les cieux enflammés se dissoudront et où les éléments embrasés se fondront. » 

« Le jour du Seigneur viendra comme un voleur » n’est donc pas incompatible avec les signes que nous devons voir, incluant l’apostasie et l’homme impie de 2 Thessaloniciens 2.3. 

2 Pierre 3.13 conclu qu’après ce jour de destruction de la terre, il créera de nouveaux cieux et une nouvelle terre.

« Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera. » (Ne laissant pas de place à un millénium.) 

Le dernier jour...

Jésus mentionne dans Jean 12.48, que les non-croyants seront jugés au dernier jour. 

« Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles, a son juge : la parole que j’ai prononcée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. »

Or, Jésus a aussi fait référence au dernier jour comme étant le jour de la résurrection des croyants...

Jean 6.39 : Or, voici la volonté de celui qui m’a envoyé : que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour.

Jean 6.44 : Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire; et je le ressusciterai au dernier jour.

Jean 6.54 : Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour.

Jean 11.24 : Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.

Le dernier jour est, selon ces textes, le jour de la résurrection des justes et des injustes.

Donc un seul jour et une seule résurrection suivis du jugement et non du millénium.

Ézéchiel 37-48...

L’interprétation amillénariste argumente bien avec ce texte. 

« L’Écriture ne parle que d’un avènement du Seigneur. Ce n’est pas parce qu’il a des effets multiples qu’il faut le multiplier » (G. Million, 69. p.58). Les amillénaristes disent que leur chronologie des événements de la fin reflète l’enseignement biblique, qui ne parle que d’un seul conflit final entre les forces du bien et celles du mal. En comparant Éz 38-40 avec l’Apocalypse, on arrive à la conclusion que la bataille d’Harmaguédon et celle de Gog et Magog sont identiques : il s’agit d’un seul et même événement qui précédera le Retour de Christ. Selon Ézéchiel, la destruction de Gog aura lieu avant que Jacob soit ramené de la captivité (Éz 39.25). Ap 20.8 place cette bataille après le millénium. La terminologie utilisée par Ézéchiel (39.17-20) est reprise dans l’Apocalypse pour la description de la victoire du Cavalier sur le cheval blanc (Ap 19.11-21). Mais si Ap 16.16 et 19.11-21 décrivent la même bataille, il est évident qu’il n’y a pas une progression chronologique entre les chapitres de l’Apocalypse (d'après Grenz, p.163).

Rissi aussi dit que l’Apocalypse s’appuie clairement sur le schéma d’Ézéchiel 37 à 48 : résurrection d’Israël (37); Gog et Magog : 20.7-10; (résurrection générale; jugement dernier : 20.11-15); nouveaux cieux, nouvelle terre, nouvelle Jérusalem : 21ss. (TWNT I, p. 790). Ce schéma ne contient pas d’allusion à un règne intermédiaire. »

V. Représentants de l’amillénarisme 

« Dans la Didachè ou dans les 2 lettres de Clément de Rome, nous ne trouvons aucune allusion à un millénium. »  « Athanase et Eusèbe ont combattu le prémillénarisme. » 

« Aucun des documents doctrinaux du 2e au 5e siècle (...) dont certains ont près de 400 pages, ne mentionne un millénium. » 

« Luther, Calvin et les autres réformateurs du 16e siècle ont interprété le Nouveau Testament dans un sens amillénariste ou postmillénariste. » 

« La Confession d’Augsbourg, la Deuxième Confession helvétique et la Confession de foi de La Rochelle sont restées dans la même ligne. » 

Représentants actuels :

Abraham Kuyper , W. J. Grier, J. E. Adams, W. Cox , O. Allis, E. F. Kevan, Lenski,

W. Hendriksen, Bavinck, Hoekema, Wilcock...